Facebook Twitter Youtube RSS


Coût et financement

Le coût du monument est variable selon sa taille, ses matériaux et surtout la part de création artistique intervenue dans sa conception. En effet, les plus petites communes choisissent souvent la forme de leur monument et leurs ornements décoratifs à partir de modèles standardisés sur catalogue, proposé par des artisans qui voient leur cahier de commandes exploser : carriers, tailleurs de pierre, marbriers et fondeurs (pour les ornements métalliques). Parmi eux, on trouve, par exemple, Auguste Furtin, marbrier à Charolles, Billaud, de Paray-le-Monial, Pacaud, à Digoin, Barthélémy Perrot de Bourbon-Lancy ou encore Marmorat, tailleur de pierre à Gueugnon et Jean Durix de La Clayette. Il s'agit le plus souvent d'artisans locaux ou de villes proches du territoire (Moulins, Roanne ou Le Creusot).


Toutefois, certaines communes s'engagent dans de plus lourds investissements et lancent des appels à projets à travers lesquels elles recrutent des architectes et surtout de véritables artistes-sculpteurs. On trouve ainsi en Charolais-Brionnais le monument de Ballore, réalisé par Furtin, de Charolles, à 2570 francs*, mais aussi le monument de Bourbon-Lancy à 71 000 francs*, réalisé par le sculpteur parisien (mais natif d'Uxeau à côté de Gueugnon) Michel-Léonard Béguine (médaille d'argent aux expositions universelles de 1889 et 1900).


La principale source de financement de ces monuments provient de la population elle-même, sous forme de souscription publique (dons). La générosité des habitants reflète a contrario l'ampleur du traumatisme ressenti par tous. Parfois, la souscription suffit aux financements du projet. Sinon, les communes apportent un complément au financement sur leurs fonds propres ou sous forme d'emprunt (comme à Briant et Saint-Didier-en-Brionnais). A quelques rares occasions (Mornay et Vareilles), l'Etat intervient, comme le prévoyait la loi du 25 octobre 1919 sur " les commémorations et glorifications des morts pour la France au cours de la Grande Guerre ". Enfin, il arrive qu'un mécène, sur ses deniers personnels, permette le financement dans sa quasi-intégralité, comme le marquis de Croix à Oudry ou M. Souillat, maire, à Saint-Aubin-sur-Loire.


*prix en anciens francs

  • Devis du monument de Vaudebarrier par Furtin à Charolles (Archives départementales 71) - ©SMPCB 1 / 4
  • Devis du monument de Volesvres par Billaud à Paray-le-Monial - ©Archives71 2 / 4
  • Devanture de la marbrerie Billaud (rue Pasteur) à Paray-le-Monial - ©SMPCB 3 / 4
  • Extrait de délibération du Conseil municipal de Bourbon-lancy du 17 mars 1923 (Archives départementales 71). On retrouve le financement du monument : souscription publique, apport de la commune et mécénat de la famille Puzenat, plus gros industriel d 4 / 4
Pôle d'Equilibre Territorial et Rural du Pays Charolais-Brionnais

Rencontres du tourisme

Prestataire ? Rencontrons-nous !

Newslettersinscrivez-vous !


Pour se tenir informé des actions menées par le Pays !

Pour connaître les idées de sorties du week-end, en Charolais-Brionnais !

En savoir plus ...

Pays Charolais Brionnais

Pôle d'Equilibre Territorial et Rural du Pays Charolais-Brionnais (syndicat mixte)
7 rue des Champs Seigneur - 71600 PARAY LE MONIAL
Tél. 03 85 25 96 36 - Fax. 03 85 81 13 36
Ouvert du lundi au vendredi 9h-12h et 14h-17h30


Tout droit réservé
  • L'Europe
  • L'Etat
  • Le CG71
  • La Direccte
  • L'ARS
  • Chambre de Commerce et d'Industrie de Saône-et-Loire
  • Pays d'Art et d'Histoire